Omaha hi low : une stratégie de base

Posté le 23 septembre par Charles dans Stratégie

pot limit/full ring/basses limites



Une fois les règles de cette variante assimilées, il est bon d'adopter une stratégie de jeu.
Je vous en propose une facile à appliquer pour un joueur débutant.



*Sélectionner ses mains*

Le nombre de possibilités offertes avec 4 cartes en main et la haute fréquence de pots non relancés peuvent nous pousser à entrer dans quasiment tous les coups d'autant plus si les blinds ont peu d'impact sur notre stack comme en cash game par exemple.
En réalité, c'est un piège à éviter, un traquenard à esquiver, un guet-apens à contourner, bref un truc à pas faire quoi .

La meilleure main de départ à l'Omaha Hi/Lo est

.
les mains comportant un as et 3 autres cartes sous le 5 (permettant de réaliser une wheel, une quinte A2345), voire sous le 6, sont très bonnes d'autant plus s'il y a une des cartes assorties à l'as.

Avoir une belle main de départ est primordial. Belle (pas forcément "un mot inventé pour elle") veut dire capable de remporter l'intégralité du pot.
Ainsi des mains à potentiel en omaha hi de type
ou
perdent beaucoup de valeur au Hi/Lo à cause de leur incapacité à former une main basse.
Il est intéressant de ne jouer ce type de main (omaha classique) que lorsqu'elles sont parfaites c'est à dire avec des possibilités de wrap de quinte , de couleurs max ou de brelans forts du style
ou
et de ne pas hésiter à les abandonner sur (le bord de l'autoroute) si le flop ne va pas dans leur sens .



D'autres mains très jouables (liste non exhaustive) : A2 + une paire, 2345, A2xx,AA + 2 cartes sous le 8...
Avoir un tirage couleur, (ou suite dans une moindre mesure) en plus des cartes susceptibles de faire une main basse est très intéressant.

Un jeu serré est garant de la réussite d'autant plus en basses limites. Faire preuve de patience est donc important, en même temps je vous avoue qu'il y a plus rock n roll comme jeu...

Il faut noter l'importance de l'As à l'Omaha Hi/Lo. Un As est la meilleure carte des deux côtés du pot. C'est la carte clé pour souvent faire une main basse max, et aussi une carte très importante pour le hi surtout quand elle est accompagnée d'une carte assortie.

Les positions (pas celles du kama sutra) sont aussi importantes au Omaha Hi/Lo qu'au Texas Hold'em (pour bluff ou pot control) . Cela veut dire que les mains moyennes (comme JJ24, A36K, KQ23.) sont à jouer plus en position tardive dans un pot non relancé.



*Viser les nuts*

A une table à 10 joueurs 40 cartes sont distribuées et si on y ajoute les 5 cartes du board nous voyons bien que quasiment toutes les cartes ont été données, ce qui augmente les chances qu'il y ait au moins un joueur qui ait les nuts (le jeu max).

Mettre de l'argent dans un pot pour jouer un tirage moyen n'est pas rentable sur le long terme, donc n'engagez gros que sur les tirages max .
Certes plus la table est short handed plus nous pouvons élargir notre range, mais cela n'est pas sans risque. Aux petites limites c'est souvent le joueur le plus serré qui est gagnant...car il fait son profit sur les erreurs adverses.

Attention: Dans un pot avec beaucoup de joueurs si vous avez une suite ou une couleur et qu'il y a une doublante sur le board, il y a sûrement un full...et si vous avez un full, mieux vaut qu'il soit max. De même pensez que les quintes flush ça arrive... oui, le joueur de hi low est plutôt parano...
En gros plus il y aura de joueurs dans le coup et plus il faudra être max...


*Jouer le scoop*

Avoir un tirage max n'est pas synonyme de call obligatoire.

Exemple : Nous sommes 4 dans le coup et avons
.
Blinds 50/100
Nous avons la position.
Flop :
pot: 400
Le premier de parole, un joueur sérieux mise le pot 400, nous pensons qu'il a la flush.
Tout le monde fold jusqu'à nous...
Cela peut paraître un call facile.
Mais regardons de plus près.
Nous devons rajouter 400 pour gagner au mieux 200.
Cela n'est pas rentable.

Si nous avions eu
, le call est bon car nous pouvons prendre le haut si un 6 ou 8 double et nous avons le tirage low max pour nous couvrir.
Avec
, relancer peut même s' envisager...

En revanche dans le même coup avec 3 joueur en lice le call peut s' envisager surtout si l'on pense qu'il y a 2 flush en face mais attention le suiveur peut avoir A2 et pire encore l'attaquant peut avoir A2 à pique.

Dans la perspective de jouer le scoop, jouer pour gagner la totalité du pot (oui, rien à voir avec celui du paparazzi), il est donc préférable de jouer ses tirages low max quand ils sont accompagnés d'un petit quelque chose qui puisse prendre le hi en anticipant les améliorations préflop, une paire, un tirage flush ou suite même backdoor (nécessitant encore 2 cartes favorables).

Ainsi il est important de ne négliger aucune de vos 4 cartes et d' anticiper les outs qui vous donneront la possibilité d'utiliser 2 cartes pour faire le low et 2 autres pour faire le hi.
Dans ce cadre quand vous entrez dans le coup essayer d'imaginer quel serait le flop ou le board idéal...oui, rêver est essentiel...

Exemple :
pour
, le rêve est
x
pour
, le rêve est
x x

Dans certains cas, il est bon notamment en tête à tête, (yeux dans les yeux, chandelles ardentes), lorsque nous avons seulement le low max d'être ultra agressif pour faire lâcher un hi non max à notre adversaire.
Même chose avec un hi max sur un board avec un low possible pour faire lâcher un low non max...



*Jouer le partage*

Mathématiquement, jouer seulement le split (le partage), (oui pas ce coup quasi impossible au bowling) n'est rentable que lorsqu'il y a plus de 2 joueurs dans le coup.
En effet à 2 on met de l'argent dans le pot pour espérer seulement le reprendre au show down...

A noter que les meilleurs tirages low max sont ceux qui possèdent plusieurs possibilités.

Exemple : sur un board

x a plus de chance de toucher que
x x qui ne vaut quasiment plus rien si un A ou un 2 sort.

( x est une carte sans importance, ce n'est pas l'inconnu recherchée dans l'équation)...



*Garder le pigeon*

Relancer avec un simple tirage low max est donc souvent contre productif si l'on se retrouve en tête à tête, le but est d'essayer d'attirer un joueur faible qui s'accrochera avec un hi ou low non max. Cette stratégie est essentielle pour faire du profit et ne pas se contenter de spliter contre un seul hi.
Dans ce contexte, coopérer tacitement (non ce n'est pas de la collusion...) avec le détenteur du jeu hi ou low (si c'est un bon joueur) selon ce qu'on a nous, est une chose assez fréquente.

Attention aussi, ne jouez pas le low même max avec un tirage backdoor, si le flop n'est pas constitué de 2 cartes différentes ou égales au 8 il vaut mieux abandonner sauf si bien sûr nous avons en plus d'un low possible, un éventuel hi max.

Nota bene: je n'aborde pas ici les bluffs ou semi bluffs qui ne sont que peu rentables à petites limites, mais il est possible de transformer un tirage low max en bluffant en surrelançant pour mettre la pression à son adversaire pour lui faire lâcher un jeu non max sur une ou plusieurs barrel (mises).
Nous pouvons aussi tenter de bluffer les low max qui font suite du type wheele (A2345) mais je ne conseille pas de le faire en basses limites...



*Relancer préflop*

L'intérêt d'une relance est souvent de protéger la partie hi de sa main, relancer avec les mains de types A2KK, AA23, A2QQ est une chose importante...
D'autres avantages à relancer :
- Jouer un gros pot (la relance préflop induit la mise river...)
- Eviter l'entrée dans le coup des joueurs placés derrière vous pour obtenir la position (parler en dernier au flop).

Cependant, la relance préflop est moins importante qu'en texas hold'em.
C'est un jeu qui se joue plus postflop.


*Calibrer ses mises*

Misez le pot dans la majeure partie des cas, même avec les nuts et oubliez le slowplay en règle générale.
Il est intéressant de miser la moitie du pot ou 3/4 de celui-ci à la rivière que pour garder le pigeon dans un 3way pot (3 joueurs).
Slowplayer n'est utile que face à des joueurs tight qui réfléchissent (mais y en a pas des masses en basses limites...) dans le but de se faire payer light sur la ou les enchères suivantes.




Cette stratégie n'est pas la seule possible et doit être adaptée lorsqu'on monte de limite.
Le but ici étant de donner une base solide permettant de faire du profit en basses limites sans trop s'exposer à la variance (up&down).




Quelques chiffres :

source Iggy 38 (Grenoble poker)

In full table :

Getting flops :
_ A2, get low = 7%
_ A2, get low draw = 37%
_ 23, get ALX = 13%
_ A3, get 2LX = 13%
_ A4, get 23X = 4%
_ A2 with 34K, counterfeited = 25%

flop structure :
_ HHH = 5%
_ HHL = 32%
_ HLL = 46%
_ LLL = 16%

Chance making low at showdown :

______________________________________________
|deal... | Preflop | Flop LLX | Flop LXX |
|____________________________________________|
|2 low cards | 24% | 59% | 16% |
|3 low cards | 40% | 72% | 26% |
|4 low cards | 49% | 70% | 24% |





Bonnes sessions à tous.