50€ GRATUITS pour jouer au poker ? <- cliquez sur le lien en vert

Aborder les Heads-up and Sit and Go

Posté le 23 septembre par Charles dans Stratégie

Le poker est une bataille psychologique et technique et le tête-à-tête en est sa plus belle illustration, à la fois par sa dynamique, son aspect psychologique.
Que ce soit par provocation, par réponse à une provocation ou simplement par envie, chacun souhaite participer à un duel, un affrontement en face en face.

Nous allons dans cet article tenter de vous familiariser avec les caractéristiques des « heads-up » (HU), afin de les aborder dans les meilleures conditions.

A.Une discipline à part entière


Chaque joueur doit s’intéresser aux implications financières de tel ou tel format qu’il envisage de jouer. Les HU ont pour particularité, vous l’aurez compris, de n’avoir qu’une seule place payée, vous n’aurez pour seule récompense qu’un buy-in. Ceci posé, il vous faudra, pour être gagnant sur le long terme, vaincre vos adversaires plus de la moitié du temps. En effet, le rake s’accumule et devient votre pire ennemi.
Concrètement, en jouant des HU $10+$1, sur un échantillon de 100 parties, vous ne serez gagnant qu’à partir de 56 victoires : 11x100 (buy-in) = 20x55 (gains) = 1100$.

Cela implique de votre part une solidité psychologique et une grande rigueur dans vos parties.
Plus que tout autre format, le tête-à-tête est source de tilt et de variance, adaptez donc votre bankroll : 50 buy-in ne sont pas de trop si vous décidez de vous consacrer à cette discipline.

Second aspect, vous n’affrontez qu’un seul adversaire ce qui engendre d’importantes conséquences. Tout d’abord, vous ne pouvez pas vous rabattre sur Mickaël, 14 ans, qui vient de piquer la carte bleue de ses parents et qui croit jouer contre l’ordinateur. A moins d’une heureuse déconnexion de votre adversaire, vous n’aurez pas d’autre choix que de l’affronter, lui, ses forces et ses faiblesses.
Aussi, il se peut que votre éventail de mains de départ soit quelque peu bouleversé, il est nécessaire de jouer un plus grand nombre de coups, notamment en raison de la pression systématique des blinds.
Enfin, vous constaterez que l’observation prend ici toute sa dimension, comme nous le verrons plus loin dans cet article.

Si vous êtes déjà habitué des poker-room, vous aurez remarqué l’existence de tournois « shootout heads-up » : les participants s’affrontent en tête-à-tête à élimination directe, chaque gagnant passe au tour suivant. Dans ce cas là, plusieurs places peuvent être payés mais il apparaît préférable d’être familier des HU à 2 joueurs au préalable.

B.Connaitre son adversaire


Les jours de chance, la première main sera décisive et en votre faveur, vous recevez une paire d’as et votre Vilain appui serein sur All-in, le board est inoffensif et il peut s’avérer judicieux de demander un Rematch. S’il refuse, vous pourrez toujours partir en chasse sur les prochains sit-n-go.

Malheureusement, il vous faudra le plus souvent trouver les failles de votre adversaire et en tirer profit au maximum. Les HU se jouent parfois sur un read ou sur une manipulation, suite logique de votre observation. Il vous arrivera d’encaisser les coups pendant de longues minutes avant de pouvoir attraper ce détestable maniaque.

Essayez au maximum de déterminer le profil général de votre client.
Vous saurez très vite dans quelle catégorie le classer et ainsi avoir le comportement adéquat : allez-vous lui prendre ses jetons ou va-t-il vous les donner ? Cette question trouve dans sa réponse dans la manière dont il appréhende votre face à face.
Certains seront très tight, il faudra alors voler un maximum de coups, jouer sur les scared cards, les étouffer de relances pour annihiler toute soif de victoire chez eux.
D’autres seront très agressif, bloquant leur souris sur « bet pot », parfois à chaque street, il vous faudra dans ce cas là garder la tête froide, ne pas se laisser piéger par les mains à potentiels, par des calls marginaux et trouver le spot parfait pour les attraper.

Plus spécifique, une des qualités requises en HU est de déterminer les « pattern » de votre adversaire, c'est-à-dire sa manière de miser en fonction de la texture du board, des actions préflop ou encore de vos réactions. Pensez aussi aux choses qu’il ne fait pas, comme protéger un brelan sur un flop avec 2 cœurs.

C.« Connais-toi toi-même »


Cette citation philosophique, attribuée à Socrate (mais ne reflétant pas véritablement sa sagesse, selon Wikipédia) s’avère très importante lors des Heads-up.
Vous devez être conscient de vos actes, de votre image à la table, encore plus lorsque vous constituez le seul sujet digne d’intérêt du joueur adversaire.

Cette aptitude va vous permettre de développer une réelle dynamique de jeu, d’être le metteur en scène de cet épique affrontement pour quelques dollars. Evidemment, cela commence par vous adapter, modifier votre jeu en fonction des forces et faiblesses de votre adversaire.

Quoi de plus jouissif au poker que de manipuler et battre son adversaire sans qu’il ne puisse rien y faire ?
Ce plaisir ne sera possible que si vous alliez fine connaissance de ce dernier et conscience de votre image.
Construisez vous un profil serré pour ensuite bluffer magistralement votre adversaire au moindre signe de faiblesse, devenez un véritable maniaque pour qu’il finisse par vous payez dans un brouillard intellectuel total, évitez les gros pots avec la certitude d’être dominé.

L’objectif, comme dans tout autre format, est d’empêcher votre adversaire de prendre vos jetons, tout en ramassant les siens, petit à petit ou par grandes poignets.

D.Soyez SAGE


Dans de nombreux cas, vous n’aurez pas réussi à vaincre votre adversaire avant que les blinds ne deviennent conséquentes. Par définition, les heads-up ne vous permettent pas de monter des tapis profonds et de pouvoir développer un jeu construit et développé.
Malgré votre profilage et votre rigueur technique, vos tapis sont toujours à 1500 jetons et les niveaux de blinds se succèdent. La situation de push/fold va faire son apparition très rapidement et tout va se jouer sur un coup ou deux. Il vous arrivera même d’avoir 70% des jetons pour finalement sombrer en deux cruels coin-flips.

Lorsque les blinds sont élevés, ce sont les mathématiques qui vont constituer l’ensemble de votre stratégie. De la même manière qu’à la fin d’un sit-n-go 10, 9 ou 6 joueurs, vous devrez appliquer une méthode mathématique vous permettant de garder l’avantage financier que votre technique longuement travaillée vous a permis d’obtenir.
Internet a permis l’essor du poker mais aussi un partage inégalé des stratégies, des concepts et techniques qui permettent d’être gagnant à notre jeu préféré. Parmi ce savoir se trouve la méthode « SAGE » : Sit-N-Go Endgame.

Son explication fait l’objet d’un article que nous vous invitons à lire ici.

E.Conclusion


La discipline des Heads-up demande de nombreuses qualités, à la fois techniques et psychologiques.
Cependant, rien n’est plus important et enrichissant que l’expérience, afin d’appliquer la théorie, de remettre en question votre jeu, d’accroître votre edge ou de supporter la variance.

Par Klown